Erreur: Vous devez activer Javascript pour naviguer sur ce site!
Error: Javascript required!
Apprendre à apprendre, mieux se connaitre.
 

Paroles musiques d'inspiration  http://fr.akamusic.com/rc/ext_player/17583 

 

 

Etre motivé tout au long de l'année comment

Cliquez ici>Suivante

 

 

6 actions pour augmenter sa confiance en soi !

Denis Waitley, grand auteur et motivateur nous propose six actions, ou plutôt six comportements qui augmentent l'estime de soi. Nous pouvons identifier certains d'entre eux comme des choses que nous faisons naturellement dans nos interactions avec les autres. Si ce n'est pas le cas, nous vous suggérons de vous motiver à prendre certaines de ces mesures importantes immédiatement.

  1. Commencez par saluer les autres avec un sourire en les regardant dans les yeux. Un sourire et un contact visuel inspirent une certaine confiance et un respect mutuel. De la même manière, répondez au téléphonez agréablement aussi bien au travail qu'à la maison. Lorsque vous désirez joindre quelqu'un par téléphone, donnez votre nom avant de demander à parler à la personne que vous voulez joindre. Mener la conversation en introduisant son nom est le signe de quelqu'un de respectueux.
  2. En second lieu, montrez toujours que vous appréciez un cadeau ou un compliment. Ne réduisez pas la valeur ou n'évitez pas les expressions d'affections ou d'honneurs venant d'autrui. La capacité d'accepter ou de recevoir est une marque universelle d'un individu avec une solide estime personnelle.
  3. Troisièmement, ne vous vantez pas. C'est presque un paradoxe de dire que la modestie véritable est la capacité de recevoir avec élégance des compliments. Les gens qui se vantent de leurs propres exploits essayent simplement de se constituer aux yeux des autres. Si ils agissent de la sorte, c'est parce qu'ils ne se perçoivent pas encore digne de respect.
  4. Quatrièmement, ne faites pas de vos problèmes la pièce maîtresse de votre conversation. Parlez de manière positive de votre vie ainsi que des projets que vous tentez d'accomplir. Faites attention aux pensées négatives, ainsi que le nombre de fois où vous vous plaignez. Quand vous vous surprenez en train de critiquer quelqu'un - et ceci inclut les critiques que l'on s'inflige à soi-même - trouvez une manière d'être profitable plutôt que critique.

80% des gens s'en moquent totalement que vous ayez des problèmes.

Quant aux 20% des autres, ils s'en réjouissent (que vous ayez des problèmes) !

  1. Cinquièmement, répondez aux périodes difficiles ou aux moments plus délicats en augmentant votre niveau de productivité. Quand votre estime personnelle est mise à l'épreuve, ne vous reposez pas sur vos lauriers et ne vous posez surtout pas en victime. Feu Malcolm Forbes a indiqué : « les véhicules en mouvement utilisent leurs générateurs pour charger leurs propres batteries. Mettez-vous bien en tête que vous ne pouvez pas recharger votre batterie quand vous êtes garé dans le garage ! »
  2. Sixièmement, choisissez de voir les erreurs ainsi que les rejets comme des occasions d'apprendre. Regardez un échec en tant que conclusion d'une exécution, pas l'extrémité de votre carrière entière. Acceptez vos imperfections, mais refusez de vous voir comme échec. Un échec peut être quelque chose que vous avez fait - et il se peut que vous refassiez cette chose sur le chemin du succès - mais un échec n'est certainement pas attribut personnel.

    Même si vous êtes à un point où vous vous sentez très négatif par rapport à vous-même, rendez-vous compte que vous êtes maintenant idéalement placé pour apporter une impressionnante et rapide amélioration. Une évaluation personnelle négative, si elle est honnête et perspicace, nécessite beaucoup plus de courage et de caractère que de se faire des illusions. Ces dernières étant à la base de l'arrogance et de la vanité.

    Cette vérité a maintes fois été prouvée notamment avec des athlètes : après une très mauvaise performance, une équipe ou un athlète individuel fait souvent bien mieux la fois suivante. Plus particulièrement encore après une très faible performance. Cela s'explique par le fait que lorsque la prestation est particulièrement mauvaise, il n'y a plus aucun échappatoire que d'en prendre la totale responsabilité !

La déception, la défaite, et même l'échec apparent ne sont nullement des conditions permanentes, à moins que nous choisissions nous-mêmes qu'elles en soient ainsi.

Au contraire, ces indéniables douloureuses expériences peuvent s'avérer être la base de fondations solides pour les succès futurs !

Biographie;

Dale Carnegie est né en 1888 au Missouri, aux Etats Unis, et a fait ses études au Warrensburg State Teachers Collège. En tant que représentant de commerce et Aspirant acteur, il s'est installé à New-York, où il a commencé à donner des cours de communication aux adultes, au YMCA. En 1912, le célèbre cours Dale Carnegie® est né.

Il est l'auteur de plusieurs best-sellers dont «Comment se Faire des Amis» et «Comment dominer le Stress et les Soucis» Ses livres ont été imprimés à plus de 50 millions d'exemplaires et publiés en 38 langues. M. Carnegie à été l'un des plus grands conférenciers de son époque et un conseiller recherché par les dirigeants du monde. Il écrivait dans les journaux et avait sapropre émission de radio.M. Carnegie a fondé un réseau international qui compte aujourd'hui plus de 3000 Formateurs et des bureaux dans plus de 70 pays.  Copyright © 2007 Dale Carnegie & Associates, Inc.

Devenir une Personne Amicale

1. Ne critiquez pas, ne condamnez pas, ne vous plaignez pas.

2. Complimentez honnêtement et sincèrement.

3. Suscitez un vif désir de faire ce que vous proposez.

4. Intéressez-vous réellement aux autres.

5. Ayez le sourire.

6. Rappelez-vous que le nom d'une personne revêt pour elle une grande importance.

7. Sachez écouter. Encouragez les autres à parler d'eux mêmes.

8. Parlez à votre interlocuteur de ce qui l'intéresse.

9. Faites sentir aux autres leur importance et faites le sincèrement. Ralliez les autres à votre point de vue :

10. Evitez les controverses, c'est le seul moyen d'en sortir vainqueur.

11. Respectez les opinions de votre interlocuteur. Ne lui dites jamais qu'il a tort.

12. Si vous avez tort, admettez-le promptement et énergiquement.

13. Commencez de façon amicale.

14. Posez des questions qui font dire oui immédiatement.

15. Laissez votre interlocuteur parler librement.

16. Accordez à votre interlocuteur le plaisir de croire que l'idée vient de lui.

17. Efforcez vous sincèrement de voir les choses du point de vue de votre interlocuteur.

18. Soyez réceptif aux idées et aux désirs des autres.

19. Faites appel aux sentiments élevés.

20. Démontrez spectaculairement vos idées. Frappez la vue et l'imagination.

21. Lancez un défi.

Etre un Leader

22. Commencez par des éloges sincères.

23. Faits remarquer erreurs ou défauts de manière indirecte.

24. Mentionnez vos propres erreurs avant de corriger celles des autres.

25. Posez des questions plutôt que de donner des ordres.

26. Laissez votre interlocuteur sauver la face.

27. Louez le moindre progrès et louez tout progrès. Soyez chaleureux dans vos encouragements et généreux dans vos éloges.

28. Donnez à votre interlocuteur une belle réputation à mériter.

29. Encouragez. Que l'erreur semble facile à corriger.

30. Rendez les autres heureux de faire ce que vous suggérez.

Principes Fondamentaux pour Vaincre le Stress :

1. Vivez un jour à la fois.

2. Dans les situations stressantes :

  • a. Envisagez le pire ;
  • b. Préparez-vous à accepter le pire ;
  • c. Tirez parti du pire.

3. Rappelez-vous le prix exorbitant que le stress et les soucis peuvent coûter à votre santé.

Techniques de Base pour Analyser les soucis

1. Rassemblez tous les faits.

2. Pesez tous les faits, puis décidez.

3. La décision prise, agissez !

4. Notez vos réponses à ces 4 questions clés :

  • a. Quel est le problème ?
  • b. Quelles sont les causes du problème ?
  • c. Quelles sont les solutions possibles ?
  • d. Quelle est la meilleure solution ?

Comment Briser les soucis  Avant qu'ils ne vous Brisent.

1. Occupez-vous constamment.

2. Ne vous tracassez pas pour des bagatelles.

3. Faites le calcul des probabilités pour gérer votre stress.

4. Acceptez l'inévitable.

5. Décidez exactement quel degré d'inquiétude une chose peut valoir et refusez de lui en donner davantage.

6. Ne vous tracassez pas au sujet du passé.

Forger une Tournure d'Esprit qui vous Apportera Paix et Bonheur

1. Emplissez-vous l'esprit de pensées de paix, de courage, de santé et d'espoir.

2. N'essayez jamais de vous venger.

3. Attendez-vous à l'ingratitude.

4. Enumérez vos raisons d'être heureux plutôt que vos malheurs.

5. N'imitez pas les autres.

6. Tirez parti de vos épreuves.

7. Créez du bonheur autour de vous.

Comment Garder votre Sérénité face aux Critiques.

1. Rappelez-vous qu'une critique injuste cache souvent un compliment.

2. Faites vraiment de votre mieux.

3. Analysez vos erreurs et faites votre auto -critique.

Évitez la Fatigue et le Stress, Gardez Energie et Courage.

1. Reposez-vous avant d'être fatigué.

2. Apprenez à vous détendre au travail.

3. Apprenez à vous détendre chez vous.

4. Adoptez ces 4 bonnes habitudes :

  • a. Débarrassez votre bureau de tout ce qui ne concerne pas le travail en cours.
  • b. Exécutez vos tâches par ordre d'importance.
  • c. Résolvez un problème sur le champ si vous avez suffisament d'éléments pour décider.
  • d. Apprenez à organiser, à déléguer et à superviser.

5. Mettez de l'enthousiasme dans votre travail.

6. Ne redoutez pas l'insomnie.

Le talent n'est pas synonyme de succès

Beaucoup pensent que pour réussir il faille absolument posséder du talent, ou du moins, avoir d'énormes aptitudes. Bien que le talent « naturel » et les compétences sont loin d'être incompatible avec le succès - le préciser relève de l'euphémisme naturellement -, les aptitudes, l'enthousiasme, et même la connaissance ne sont pas toujours le dénominateur commun de la réussite.

Le dénominateur commun du succès

Qu'est-ce qui fait que certains réussissent et d'autres pas ? Pire : comment peut-il arriver que des personnes, à priori instruites et compétentes, ne parviennent qu'à des niveaux de réalisations moyens ? Ce que nous affirmons est tout à fait vérifiable, il suffit d'observer autour de soi tous ces gens qui ont d'énormes capacités, certains sont même au chômage ! Néanmoins, certains faits établis devraient être plus qu'une lueur d'espoir pour tous ces gens qui pensent qu'il faille posséder du talent pour démarrer un projet, ou tout simplement pour accéder à des échelons supérieurs dans son secteur d'activité.

De l'autre côté, que ceux qui ont reçu une certaine instruction et qui ont acquis des connaissances se méfient, car le seul et unique dénominateur commun du succès réside dans la capacité à exploiter pleinement ses connaissances !

Le seul et unique dénominateur commun du succès est la capacité à exploiter ses connaissances.

Ces talents gâchés ...

Beaucoup ont reçu une bonne instruction, certains sont même diplômés de grandes écoles, et pourtant ...

Et pourtant, il existe des professeurs d'économie qui sont fauchés ; il existe des vendeurs ayant des résultats médiocres - bien que leur entreprise leur ait fourni une formation ; il existe des « BAC + 5 » au chômage ; il existe des sportifs de haut niveau qui ne percent pas ; il existe des personnes salariées d'une même entreprise depuis des années où ils n'ont jamais gravi aucun échelon, tandis que d'autres - pourtant compétents - ont subi des licenciements. Mais comment tout cela est-il possible !?

Nous observons deux façons interpréter un échec : la première consiste à trouver des causes extérieures - le gouvernement est notamment une cible privilégiée, ou alors c'est le « climat » actuel qui est en cause (ambiance au travail / à la maison, humeur des clients, etc.) -, la deuxième option envisage les causes intérieures. Si le premier point de vue a pour issue de changer le gouvernement en entier, ou le « climat » général, autant dire que l'échec deviendra, dans ce cas, définitif. Par contre, la deuxième façon d'envisager les choses doit nous pousser à modifier le comportement d'une seule personne, et comme cette personne nous concerne directement - puisque c'est de nous dont il s'agit- la marge de manœuvre que nous avons, peut susciter de hauts degrés d'accomplissements !

Méditer sur ses blocages

Avant d'aller plus loin et de méditer sur les pistes qui permettent d'apprendre de ses échecs, il est important de préciser qu'un échec n'est pas possible sans objectifs. Est-ce que cela signifie que les gens sans objectifs ne connaissent pas d'échecs ? Pas vraiment car il n'existe personne « sans objectifs ». Une personne qui ne semble pas avoir de grandes aspirations a en fait d'autres objectifs qui ne sont pas nécessairement avoués. D'autres priorités tout simplement. Certains aspirent à « une petite vie sans tracas », d'autres sont passionnés par diverses choses comme les jeux vidéo, les sorties, le cinéma, le théâtre, la télévision, les mots-croisés, la pêche, etc.

Tout le monde a le salaire qu'il mérite au centime près !

Que les objectifs soient enviables ou que les passions soient louables, relève du jugement. Beaucoup veulent tout simplement « profiter de la vie » et assouvir leurs passions. A bien y regarder, tout le monde aspire à un tel objectif ! Voilà pourquoi, plusieurs théories sur le succès affirment que tout le monde a le salaire qu'il mérite au centime près ! Et bien qu'il puisse être difficile de l'admettre, il en va de même de notre conjoint, de notre vie sociale, et de manière plus générale encore, de 99% de tout ce qui nous arrive. La vie nous donne exactement ce que nous lui demandons, nos compétences, et nos C.V. ne sont en aucun cas un passe-droit automatique vers le succès.

Développer son talent

Pour développer des aptitudes, il est nécessaire d'avoir des objectifs précis. Par exemple, pour conduire une voiture, il nous faut passer le permis, et donc développer des compétences pour la conduite. Certains utilisent les transports en commun et n'ont pas spécialement l'ambition d'apprendre à conduire. Tout est donc une question d'objectifs ... et, très certainement, de l'opinion que l'on a de soi.

La bonne opinion de soi permet non seulement de se fixer des défis importants, mais en plus, et c'est le point essentiel - notre dénominateur commun du succès -, elle permet de passer à l'action ! Il existe, en effet, des gens bourrés de talent qui ne font - pour ainsi dire - pas grand chose, ou qui se limitent dans ce qu'ils peuvent accomplir. Un proverbe arabe dit que certains sont pareils à des ânes qui portent des livres ! Bien que l'expression soit cocasse, nous ne sommes malheureusement pas loin de la réalité lorsque nous observons des puits de science vivre bien en deçà de leurs capacités, voire même - pour certains - de vivre des situations précaires.

Les objectifs ET la bonne opinion de soi nous poussent à passer à l'action ; cela développe notre talent. Avoir la connaissance et des rêves sans passer à l'action n'est que pure hallucination !

SD

 

 

 

LE CERCLE D'INFLUENCE

Il y a un vieux proverbe chinois qui dit : « Donnez un poisson à un homme et vous le nourrirez pour la journée, apprenez lui à pêcher et vous le nourrirez pour la vie ». Le gagnant s'entoure de gens qui peuvent lui apprendre à pêcher, des gens qui réussissent déjà, des modèles d'excellence de qui il peut apprendre leurs secrets. Il observe, leur pose des questions, les imite en ajoutant sa touche personnelle, et lui aussi finit également par réussir.

Il ne sert à rien de réinventer la roue, il existe un paquet de gens qui ont réussi et de qui on peut apprendre. Les gens qui réussissent et qui ont du succès ne sont pas simplement chanceux. Ils suivent certaines stratégies pour atteindre leurs buts. Des stratégies qui leur permettent par exemple de maintenir des relations interpersonnelles enrichissantes et durables, à bâtir des fortunes et à vivre de façon plus équilibrée.

Il faut savoir que pour accomplir des choses que nous n'avons jamais accomplies auparavant, il va falloir devenir quelqu'un que nous n'avons jamais été auparavant. Et un des facteurs qui influencera le plus la personne que nous allons devenir dans le futur est notre environnement, notre cercle d'influence ou si vous préférez les gens que nous laissons entrer dans notre vie sur une base régulière.

Nous avons tous été façonnés en grande partie par la façon dont nos parents, nos amis, nos professeurs et nos collègues de travail ont agit et réagit avec et envers nous. Plusieurs des qualités, des traits de personnalité que l'on possède, c'est-à-dire nos valeurs, nos convictions, nos intérêts et nos buts sont le résultat des gens qu'on fréquente, mais très peu de gens se sont déjà arrêtés pour prendre conscience du genre de personne qui les entoure quotidiennement. Certaines influences sont très positives alors que d'autres par contre sont très toxiques. La bonne nouvelle est qu'on a tous le choix de fréquenter ou non les gens qu'on fréquente !

Si nous désirons avancer, il ne faut pas s'associer avec des gens qui se complaisent avec ce qu'ils font, nous ne grandirons jamais. Associons-nous plutôt avec des gens qui ont des grandes attentes envers eux-mêmes. C'est ainsi que l'on grandira. Si vous désirez devenir un gagnant, fréquentez des gagnants ! Il est certes plus enrichissant de se prendre d'amitié avec des gens qui nous aident à apprendre, le genre de personne qui nous aidera à élever nos aptitudes et à grandir.

Avec les années, le gagnant s'est bâti une équipe, des gens qui peuvent l'aider, le soutenir et qui l'encouragent dans ses projets, des gens honnêtes et sincères, des gens qui ont confiance en eux et qui donnent confiance aux autres, des gens enthousiastes, optimistes, ambitieux, qui ont des spécialisations similaires ou différentes. Ensemble, le groupe peut atteindre des niveaux de réalisations extrêmes que personne ne pourra jamais atteindre seul ! Le gagnant cherche toujours la compagnie d'autres gagnants. Lorsque l'on commence à côtoyer des gagnants, sans même s'en apercevoir nous nous absorbons de leur assurance, et petit à petit on se sent inspiré et motivé vers des niveaux de réalisations plus élevés.

Il est très important de bien choisir ses relations, le gagnant fréquente uniquement des gens positifs, qui ont confiance en eux, des gens qui désirent réussir et qui réussissent déjà dans leurs secteurs d'activité, le gagnant ne se gêne pas d'abandonner dans ses amis ceux qui n'ont pas évolué et qui ne lui apporte plus rien. Il n'hésitera pas non plus à abandonner les gens qui ne l'encourageront pas dans ses rêves, en fait il fuit les voleurs de rêves !

On acquiert une bonne part de notre façon de penser, de nos manières, et de nos habitudes des gens qu'on fréquente. Si on fréquente des gens qui pensent que tricher un peu n'est pas grave, nous aussi il nous arrivera à la longue de dévier de temps en temps.

On a demandé à des détenus avec qui ils étaient lorsqu'ils ont commis leur premier crime ou avec qui ils étaient la première fois qu'ils ont pris de la drogue. Ils ont tous répondu sans exception : « j'étais avec un ami ».

Les gens qu'on laisse entrer dans nos vies sont d'une importance capitale, leurs influences sur nous peuvent être dévastatrices. Certains peuvent même nous transmettre leur maladie, eh oui leur maladie ! On l'appelle : « La bébête mangeuse de rêve ». Le pire est que ce sont souvent des gens proches de nous qui peuvent nous la transmettre. Vous est-il déjà arrivé d'entendre : « Ben voyons ! Tu rêves en couleur ! » ? La meilleure réponse à rétorquer à ces gens là est : « il vaut mieux rêver en couleur que rêver en noir et blanc ! ».

Le plus malheureux avec certains, est qu'ils n'ont même pas de rêves ! Les seules personnes avec lesquelles nous devons rester sont ceux qui ont une grande opinion d'eux-mêmes et qui ont des rêves à réaliser.

Si vous désirez voler comme un aigle, ne demeurez pas avec des dindons !

Le gagnant s'entoure d'autres gagnants. En réalité il fuit les voleurs de rêves et n'essaie pas de réinventer la roue, il apprend de l'expérience des autres et applique les principes qu'il apprend de ces derniers à sa propre vie en y ajoutant avec sa touche personnelle.

En fait il y existe 2 types de personnes : ceux qui vont essayer d'inventer un moyen d'atteindre le succès, et d'autres qui vont suivre des gens qui utilisent des principes qui fonctionnent déjà. Dans quel groupe souhaitez-vous faire partie ?

Document inspiré de l'ouvrage de Patrick Leroux : « Les 12 habitudes des gagnants »

Prévoyez 4 niveaux de changement. 

Il existe quatre niveaux dans la procédure de changement, quatre niveaux que nos amis anglo-saxons appellent les quatre H : Head (je sais), Heart (je veux), Hands (je fais), Habits (nous faisons). Chaque niveau étant un pas, une étape vers une évolution, ou vers une réalisation majeure. Connaître ces quatre étapes, c'est disposer d'un plan qui nous mènera vers des succès importants.

1er niveau : informations et connaissances (« je sais »)

On pourrait considérer ce niveau comme étant un changement d'informations. Ce niveau n'est ni trop difficile ni trop long à mettre en pratique. Il s'agit en quelque sorte de récolter des informations et/ou approfondir ses connaissances dans un domaine précis.

Imaginons que le changement consiste à essayer de prendre conscience de la nocivité du tabac. Si nous sommes fumeurs, changer des informations, changer des connaissances consisterait à faire en sorte que l'on se dise à un moment donné « je sais que la cigarette n'est apparemment pas très bonne pour ma santé ». Ce n'est pas trop difficile de faire en sorte que l'on le sache et pas trop long non plus pour que l'on en prenne conscience. Le tout est que l'on nous donne cette information et que l'on nous la répète souvent.

2e niveau : attitude (« je veux »)

Une fois que le niveau d'informations est bien maîtrisé, on peut passer au second niveau, un peu plus long et un peu plus difficile à mettre en pratique : le changement d'attitude. L'attitude est un concept qui peut paraître vague. De fait, l'attitude - contrairement à ce que beaucoup pensent - est beaucoup plus différente d'un comportement. L'attitude peut être définie comme étant la volonté,  l'adhésion, le sentiment que l'on porte sur cette information.

L'attitude est une partie de connaissance chargée d'émotions

Pour mieux comprendre, reprenons la cigarette. Maintenant que nous savons en tant que fumeur que la cigarette n'est pas bonne pour notre santé, nous avons deux attitudes possibles. La première est de charger cette information de manière négative et donc développer une attitude négative. En disant par exemple : « je sais que la cigarette n'est pas bonne pour ma santé, mais je m'en fous. Il faut bien mourir de quelque chose ... Mon grand-père a fumé toute sa vie et a vécu très longtemps ». La charge négative est le « je sais mais ...» (ou « Yes but ... »). Les personnes qui réagissent ainsi, nous les appelons dans notre jargon des « Yes butters ». La deuxième attitude est tout à fait à l'opposé. C'est une approche positive : « je sais que la cigarette n'est pas bonne pour la santé et je veux, il va falloir, il faudrait que ... »

Il n'est pas toujours simple de pouvoir influencer ce niveau de changement, ce changement d'attitude. Non seulement changer l'information va prendre un certain temps, mais développer des attitudes positives pour tous vis-à-vis de ce changement va nécessiter des techniques très spécifiques Mais avant cela, il faut aborder le troisième niveau de changement : le changement de comportement.

3e niveau : comportement individuel (« je fais »)

Le comportement est différent de l'attitude. Le comportement peut être défini comme tout ce qu'une personne dit ou fait et que l'on peut voir ou observer. Il s'agit d'une définition relativement restrictive, qui signifie que si l'on ne peut le voir ou l'entendre, on ne peut le considérer comme un comportement. A ce titre, si un professeur dit qu'un élève est fainéant, ce n'est pas un comportement mais un jugement d'attitude. Une des difficultés est bien de décrire des comportements plutôt que simplement juger des attitudes. Et changer un comportement impose de passer de « je veux le faire » à « je le fais ». Autrement dit, modifier la manière dont on bouge, dont on se comporte, dont on parle. Dans le cas de la cigarette, « je sais qu'elle n'est pas bonne pour la santé, je voudrais y faire quelque chose, mais il faut que je décide - musculairement - de coordonner mes mouvements et de dire ceci est ma dernière cigarette, de l'éteindre et de ne plus jamais en rallumer une autre ». C'est là une des choses les plus compliquées à faire dans la vie.

Le comportement, c'est tout ce qu'une personne dit ou fait et que l'on peut voir ou observer

4e niveau : comportement de groupe (« nous faisons »)

Le quatrième niveau est le changement de comportement de groupe. Ici, ce n'est plus seulement une personne, un pionnier du changement, qui se met à se comporter différemment mais l'ensemble des collègues ou des collaborateurs, petit à petit, par un effet de vague. On peut alors espérer atteindre une masse critique qui fera en sorte que l'on dira que tout le monde a changé. Le résultat est atteint lorsqu'on passe de « je fais » à « nous changeons, nous faisons ». Là, on peut voir apparaître une nouvelle ambiance, une nouvelle culture d'entreprise, une nouvelle manière de fonctionner.

Deux approches sont possibles. L'une, consiste à dire : « je vais obliger tout le monde dès demain à utiliser le logiciel, à ne plus fumer, à porter des lunettes de sécurité. Autrement dit, utiliser ce qu'on appelle le, pouvoir de position »

En étant chef, on pourrait très bien dire demain : « J'exige que tout le monde réponde au téléphone et gère les plaintes, j'exige que tout le monde porte des lunettes de sécurité ». Et nous aurons un changement de groupe très rapide. L'avantage est que tout ira très vite mais les inconvénients sont que les gens le feront parce qu'ils sont obligés, mais dès qu'on ne les surveillera plus, dès qu'on ne les contrôlera plus, les comportements  disparaîtront. Il faut alors envisager l'approche par le pouvoir personnel, c'est-à-dire influencer d'abord l'information. Fournir à tous l'information de manière variée et répétitive, illustrer de sorte qu'à la fin tout le monde puisse dire je sais maintenant ce qu'est le projet.

C'est là qu'interviennent effectivement les formations comportementales, les programmes d'accompagnement ou de coaching. Cela permet de renforcer le pouvoir personnel, l'influence personnelle sur le changement, ce qui les rend plus stables et renforce l'adhésion. Il est aussi possible de mixer le pouvoir de décision et le pouvoir personnel simultanément pour que les deux se rejoignent.

  « Le monde déteste le changement, c'est pourtant la seule chose qui lui a permis de progresser » (Charles F. Kettering)

Exemple de tests du Journal du Net / Management

Tests pour:

Questions

D'autres tests du Journal du Net / Management  

 

Questions

 

        Page suivante>  http://www.akeo-pionniers.com/recompenses-lang-FR.html

AKEO site beta-test AKEO Bercy tous ensemble

Maintenant soutenu par l'état

La vente directe est soutenue par l'état

Ecrivons l'histoire ensemble !

Cliquez sur le logo ci-dessous
et relevons notre défi d’équipe,
le défi OMB 4807

Défi OMB 4807 Akéo pionniers
  Propulsé par ClamenSite V 4.00 - © 2004-2017 CLAMENTIS     
AKEO est membre de la FVD    AKEO vente directe