Erreur: Vous devez activer Javascript pour naviguer sur ce site!
Error: Javascript required!

Fixez vous des objectifs avec AKEO ! 

« Ce qu'on obtient en atteignant nos objectifs n'est pas aussi important que ce que l'on devient en les atteignant. »

 L'état d'esprit; l'attitude mentale fera la différence.

Proximimité des rendez-vous dans votre région.

Conférence publique CP RMC.relais motivation conseil  et pour le séminaire régional (SR)

Ce sera l'occasion de nous retrouver tous afin de passer une journée instructive et pleine d'énergie !!! Vous allez rencontrer des entrepreneurs engagés, des hommes et des femmes de terrain qui partageront avec vous leur expérience, indispensable à la construction de votre activité !

Pour connaître le lieu du séminaire le plus proche de chez vous, allez dans "espace conseillers", rubrique "formation" du site http://www.akeo.fr/ 

Formations à thèmes

exemple sur le bien etre 

AKEO permet à ses Conseillers de participer, en Bretagne, à une formation dédiée exclusivement à la ligne ISOMARINE !

exemple: 3 jours de formation tous frais payés pour ces personnes, choisies par leur lignée ou qualifiées lors d'un challenge ISOMARINE !

Chacun  peut découvrir à la fois un site exceptionnel, des formations pointues et particulièrement instructives, des formatrices accueillantes et très professionnelles ainsi que la démonstration de soins corps et visage enrichissante.

De ces trois journées passées ensemble, il restera une réelle envie de partager avec nos Clients tous les bienfaits de la gamme ISOMARINE, plus de confiance et de professionnalisme, un enrichissement personnel certain et aussi le souvenir d'une belle ambiance de travail !

Les stages de bâtisseurs de réseaux  (SBR ) et Junior.

Ouvert, aux conseillers et conseillères qualifié(e)s

 



 

 

APPRENDRE à APPRENDRE.

Deux types de personnes n'apprendront jamais rien dans la vie : le timide qui n'ose pas demander et l'orgueilleux qui connaît déjà tout (ou qui n'ose pas dire qu'il ne sait pas).

LA LECTURE: http://www.akeo-pionniers.com/selection_de_livres-lang-FR.html

 

Deux types de personnes n'apprendront jamais rien

Deux types de personnes n'apprendront jamais rien dans la vie : le timide qui n'ose pas demander et l'orgueilleux qui connaît déjà tout (ou qui n'ose pas dire qu'il ne sait pas). Cette vérité universelle montre à quel point l'apprentissage et l'avancement dans quel que domaine que ce soit (financier, carrière, spirituel) dépend à 100% de la volonté mais surtout de la capacité d'apprendre.

Cette volonté doit démarrer avec l'humilité de reconnaître qu'on ne connaît pas encore les choses qui feraient de nous tous des êtres ayant atteint le summum de nos aspirations (mêmes modestes) dans notre vie ou dans notre domaine d'activité.

La timidité est un vilain défaut

La première catégorie de personnes qui n'apprendront jamais rien est : le timide qui n'ose pas demander.

Savez-vous qu'il existe des personnes rémunérées ou même bénévoles qui n'ont comme unique but d'apprendre aux autres ?

Nous pensons naturellement aux enseignants, moniteurs, formateurs, entraîneurs sportifs, etc.

Quel que soit le domaine, la personne qui enseigne portera toujours plus d'attentions aux personnes qui questionnent beaucoup plutôt que ceux qui restent en retrait. Naturellement un bon enseignant (ou un bon coach) va toujours vérifier que son message soit bien passé à l'ensemble du groupe. Mais si tout le monde fait un signe de la tête qui traduit un acquiescement général, la personne ayant gardé sa question ou son doute en silence demeurera toujours dans le doute et/ou sans réponses.

Voilà pourquoi il est important de s'affirmer, et de montrer son envie d'apprendre ! On dit des personnes qui sont « longs à la détente » qu'il leur faut un certains temps pour comprendre ce qu'on leur dit ou ce qu'on leur enseigne. Autrement dit : ils sont simplement longs à comprendre ... mais finissent pas assimiler de toute façon ! Le contraire de « long à la détente » n'est pas nécessairement « vif d'esprit », le contraire peut aussi être quelqu'un qui ne comprend rien tout court, et qui ne cherche pas à comprendre.

Pour éviter de tomber dans cette catégorie, voici les expressions régulièrement utilisées par ce type de personnes :

« Je ne voulais pas déranger », « on est mieux servi que par soi-même », « j'irai voir dans l'encyclopédie », « j'ai envie de demander mais je crois qu'il l'a déjà dit ... », « je lui demanderai plus tard », « j'ai déjà posé pas mal de questions, j'ai peur d'abuser », « je pense déjà l'avoir questionné à ce sujet », etc.

S'il vous arrive d'en prononcer certaines, supprimer les de votre vocabulaire ou bien vous risquer de vous limiter.

L'orgueil, un des sept péchés capitaux

Le deuxième type de personnes qui n'apprendront jamais rien est l'orgueilleux qui pense tout connaître ou qui n'osera pas avouer qu'il ne sait pas. Même si le timide aura beaucoup de mal à avancer, nous pensons que l'orgueilleux aura encore plus de difficultés ! Car si le timide se tait, il lui arrive d'écouter. L'orgueilleux quant à lui n'écoutera rien d'une personne dont il s'estime supérieur... c'est-à-dire à peu près tout le monde ! Pour certains cela peut aller beaucoup plus loin encore, tandis que d'autres critères tels que l'âge, le sexe, l'appartenance ethnique ou sociale, etc. peuvent également entrer en jeu.

Les gagnants pensent - et à juste titre - qu'ils peuvent apprendre de n'importe qui. Ces derniers s'enrichissent dans la différence et la variété, avec des gens ayant des qualifications et des réussites dans différents secteurs d'activités. L'orgueilleux lui, ne s'enrichira jamais des aptitudes des autres.

Pour éviter de tomber dans cette catégorie, voici les expressions régulièrement utilisées par ce type de personnes :

 « Ne me le dis pas, JE SAIS ! », « tu sais, ça fait 20 ans que je fais ce métier et ... (je ne pense pas que tu puisses m'apprendre quoi que ce soit) », « à moi on ne la fait pas », « je n'ai pas de leçons à recevoir », « cette opinion est d'une autre génération », « Tu veux m'apprendre ou quoi ? », etc.

Le timide et l'orgueilleux, le couple perdant !

Nous avons donc vu les deux types de personnes qui n'apprendront jamais rien. Nous constatons en effet que tous ceux qui stagnent ou qui n'avancent tout simplement pas comme ils le souhaitent dans leur vie ou dans leur domaine d'activité, souffrent de ces deux caractéristiques à des degrés divers. Tout (ou presque) a déjà été accomplit par d'autres individus, il n'y a donc vraiment que celui ou celle qui ne fera pas l'effort d'apprendre (et de demander) ainsi que celui ou celle qui n'osera pas reconnaître avoir des lacunes, qui ne profiteront pas de toutes ces encyclopédies vivantes et interactives que sont les experts dans leur domaine (ou plus généralement les gens à succès). Il est certes difficile de changer sa façon d'agir et de penser, c'est pour cela que tout le monde n'atteint pas le succès.

Nous connaissons dès à présent les défauts et les vices qu'il nous faut combattre pour aller plus haut !

S D

 

Misez sur la puissance illimitée du partage et sur vous.

Développer une relation gagnant - gagnant

Qu'est-ce qui fait que des gens ne parviennent pas à s'entendre ? Qu'est-ce qui fait qu'une vente échoue ? Qu'est-ce qui fait que des couples se séparent ? Difficile à dire. Certains parlent d'un manque ou d'une mauvaise communication, d'autres y voient simplement une fatalité : « on ne peut pas s'entendre avec tout le monde », « ça ne peut pas réussir à tous les coups, ... 

Qui gagne ?

Dans nos relations, qu'elles soient professionnelles, amicales, ou affectives, il est important d'établir un équilibre parfait entre ce que les gens nous donnent - en salaire, en estime, en affection - et ce que nous rendons. Les tensions et les désaccords ne se créent que lorsque l'équilibre est rompu. Les conséquences de ces « déséquilibres » ne sont peut-être pas perceptibles immédiatement, mais le sont bien à long terme, où il est évident que tôt au tard des choses se retrouveront remises en question. D'ailleurs n'entendons-nous pas (lorsque l'on arrive au point de rupture) : « les choses (les accords) n'ont pas débutées sur de bonnes bases » ? Et la bonne base qu'elle est-elle ? Des accords clairs, avec la volonté de s'engager dans un souci de développement durable.

Soyons raisonnables

Dans le cadre d'une bonne relation, nous ne pouvons avoir des exigences supérieures à notre contribution. Et pourtant il est fréquent de voir des individus rêvant du partenaire idéal dans AKEO ou dans la vie - qui rentre tôt à la maison, qui participe aux tâches quotidiennes, qui est fidèle, etc. - alors qu'ils n'hésitent pas à s'accorder un peu (voir beaucoup) plus de largesses. Il y a également ces conseillers qui vis a vis de leur équipe descendante (down ligne) ou ces dirigeants d'entreprises qui attendent de leur personnel qu'il soit compétent, dévoué, honnête, et responsable, alors qu'ils sont eux-mêmes perfectibles, et qui ont la main très lourde lorsqu'il s'agit d'offrir des extras et autres avantages en nature. Sans parler de ces « amis » qui doivent être là quand on a besoin d'eux, mais qui attendent désespérément quand ils ont à leur tour besoin d'un coup de main.

Si ces attitudes finissent par provoquer des divergences et des ruptures, en business classique cela est plus radical encore ! Ceux qui ont l'habitude de rencontrer du monde, qui sont dans les affaires, perçoivent immédiatement ces comportements « douteux ». Et en général, cela tient du miracle d'obtenir un accord quand l'on regarde de trop près sa poche personnelle et peu (ou pas du tout) l'autre partie.

Donner pour recevoir

Il existe un principe élémentaire selon lequel il est impossible de recevoir quoi que ce soit si l'on est soit même incapable de donner. Certains gens ne donnent pas car ils ont peur de perdre, et c'est cette peur de perdre qui - selon la loi des pensées qui se matérialisent - fait que certains ont déjà perdu avant de commencer !

Au contraire, celui qui a comme souci premier de donner va automatiquement recevoir sa part du gâteau et son lot de satisfactions. Naturellement cela ne fonctionne qui son on a affaire à des gens qui ont le même souci de réciprocité. C'est pour cela qu'il existe les étapes préliminaires : apprendre à connaître ceux avec qui nous allons nous associer, faire des propositions, des contrepropositions, avant de déboucher sur d'éventuels accords.

Pour connaître le succès avec ses relations, il est important d'adopter le réflexe de se dire : quelle stratégie pourrais-je concevoir pour que telle ou telle personne puisse retirer un maximum de ma contribution personnelle. Si l'on est sincère et que l'on agit réellement dans l'intérêt de l'autre, il devient vraiment facile d'obtenir un retour garanti !Au moins d etre bien avec soi meme et grandir avec le temps !

Bon, il est vrai que des personnes - ceux qu'on dit « doués en affaires »  - peuvent tenter d'imposer des exigences parfois imposantes. Ceci dit, le meilleur moyen de déboucher sur des accords est probablement d'acquiescer ... et de leur permettre d'exiger plus encore ! A ce moment là dans la tête du « businessman » on parle vraiment BUSINESS (ah certains adorent cela !) : « Show me the Money » comme ils le disent si bien ! Le but de la manœuvre n'est nullement de se mettre sur la défensive, mais bien évidemment de demander des compensations raisonnables. Ces compensations que l'on dit « raisonnables » seront proportionnelles aux prétentions des personnes avec qui on traite. Autrement dit : accepter de grandes implications va résulter une contrepartie qui peut valoir son pesant d'or !

Le bon deal est celui qu'on accepte. Des conventions inéquitables sont prédestinées à échouer :

Il n'y a donc pas de bons ou de mauvais deals, il y a des deals qui nous conviennent, et d'autres qui nous conviennent pas.

La valeur d'un homme tient dans sa capacité à donner et non dans sa capacité à recevoir (Albert Einstein)

 

Fixer des objectifs avec une stratégie:

La stratégie est l'art de combiner des actions dans un but déterminé. C'est ainsi que certains parviennent à obtenir des résultats bien supérieurs aux moyens dont ils disposent alors que d'autres aux moyens parfois démesurés vont d'échecs en échecs. Vous l'avez compris, la stratégie qu'on adopte va influencer directement nos succès futurs!

Définir une stratégie

Une bonne question à se poser serait : « Comment définir la stratégie idéale ? ». Il n'y a pour ainsi dire pas de stratégie idéale : chacun est capable de déterminer les grandes lignes d'un projet en cours, ainsi que la direction vers laquelle aller. Pour savoir si la démarche mise en place est bonne ou pas, il n'y a pas de secret : il va falloir la tester !

La tester ne signifie pas se dire aux premières difficultés : « Ah ben non ça ne marche, je vais tout laisser tomber et m'y prendre autrement ! ». Ce n'est pas le bon moyen pour progresser. Il est, pour cela, plus subtil d'affiner sa stratégie en modifiant l'une ou l'autre chose, par exemple en observant ceux qui ont des objectifs similaires aux nôtres et en s'inspirant de leurs fortunes diverses. L'avantage de cette approche est de pouvoir anticiper les techniques qui mènent aux difficultés afin d'emprunter des chemins moins sinueux. Des chemins qui conduisent vers de meilleures performances.

Il y a d'excellents exemples dans les sports collectifs de haut niveau (disons le football car c'est le plus populaire) : nous voyons des dirigeants de clubs qui ont l'ambition de sélectionner « les meilleurs joueurs du monde » pour remporter des titres alors que d'autres ambitionnent de mettre sur pied une équipe de joueurs, talentueux certes, mais avant tout complémentaires. D'autres misent encore sur la formation des jeunes. Et devinez qui a une longueur d'avance ? Eh oui ! La complémentarité et l'expérience commune auront bien plus souvent le dessus sur le « talent brut » !

 

Autres Exemples de stratégies.

1 ere stratégie de réussite en 4 étapes

Quel individu à l'esprit entrepreneurial ne rêverait pas de monter une entreprise, de la faire grandir et d'en faire une affaire fructueuse? Seulement voilà : tout semble déjà avoir été fait, « inventé ». Eh bien non ! Le simple fait de penser que plus aucune contribution n'est possible dans ce monde est une hérésie profonde. Et si vous étiez (sans le savoir) une des prochaines « histoires de réussite » ?

Comment ne pas se planter ?

Se planter, échouer, manquer, louper, faillir, rater ... voilà le frein principal que rencontrent ceux qui éprouvent le désir d'entreprendre : la peur de l'échec. Le risque zéro n'existe pas certes, ceci dit un employé prend des risques chaque matin sur le trajet le menant à son travail. Si vous sentez que vous êtes à l'aube d'une nouvelle carrière, que vous vous sentez prêt(e) dans votre tête à entreprendre quelque chose, voici les clés qui vous permettront d'être à la base - pourquoi pas ? - d'une des prochaines « histoire de réussite ou succes story à la Française » !

1° Qu'est-ce que vous passionne ?

Démarrer une entreprise est tout sauf facile, néanmoins il existe un facteur principal qui permet de se relever de ses échecs et d'aller plus volontiers de l'avant : ceci est la passion ! Beaucoup se demandent : « Quels secteurs rapportent de l'argent ? ». Bien qu'il soit compréhensible qu'un individu ait envie de démarrer une affaire rentable, ceci n'est pas la donnée principale pour démarrer un projet.

La véritable question à se poser est : « qu'est-ce qui motive ? », « pour quelles choses j'éprouve de l'intérêt ? ». Certains aiment le sport, d'autres la cuisine, la littérature, la musique, le cinéma, les jeux vidéos, les nouvelles technologies, la mode, etc. Le fait de marquer un intérêt plus ou moins important pour un domaine particulier va permettre de choisir un secteur d'activité.

A partir de là, on peut envisager le type d'entreprise que l'on souhaite créer et la façon dont on souhaiterait mettre les choses en place: une boutique, des bureaux, de la vente directe, de la vente en gros, une usine, un atelier, etc.

2° Définissez des valeurs

Il est clair qu'inventer de nouvelles choses dans le sens propre du terme est difficile de nos jours. Pendant la composition de cet article (et pendant votre lecture), des ingénieurs et autres « savants-fous » travaillent d'arrache-pied pour créer le produit de « première nécessité » de demain. Par contre ce qu'il est possible de créer, ce sont des concepts. Bien entendu cela demande un minimum de créativité. Ceci dit, si le secteur dans lequel on se lance nous passionne réellement, il est plus aisé de trouver de l'inspiration.

Se définir des valeurs permet de créer une entreprise qui sera à son image. Si vos choix culinaires, vestimentaires, votre hygiène personnelle, vos moeurs, etc., vous semblent « naturels » (cela fait de vous un individu unique), il en ira de même d'une entreprise imprégnée de vos valeurs. Il vous semblera tout aussi naturel de trouver un nom ou un slogan « accrocheur », de sélectionner votre personnel et collaborateurs à votre image (et donc à celle de l'entreprise), de confectionner la déco, le mobilier, ainsi que vos produits et services. En fait, les valeurs sont le dénominateur commun de toutes les composantes de votre entreprise : de votre leadership, à l'implication de votre personnel / collaborateurs, en passant par l'adhésion (indispensable) de votre public cible, c'est-à-dire vos clients.

Les valeurs sont le dénominateur commun de toutes les composantes d'une entreprise

Sachez qu'une entreprise sans valeurs ne fait jamais de vieux os : des produits et services « (sans valeur ajoutée) qui ne se vendent pas », du personnel et des collaborateurs qui ne s'impliquent pas, et des clients qui n'adhèrent tout simplement pas sont autant de causes qui font que les difficultés rencontrées deviennent assez rapidement insurmontables.

3° Mettre les choses en place

Dès que vous avez la motivation nécessaire, lancez-vous ! Veuillez noter que les ressources initiales (les fameux investissements) posent parfois problème à démarrer. Nous sommes intimement convaincus que cela ne devrait jamais être le cas ! Certains font des fortunes à partir de rien, tandis que d'autres dépensent des fortunes (et se mettent réellement dans les difficultés) ... pour aboutir à rien !

Vous n'avez pas les ressources nécessaires pour entreprendre un projet comme vous l'entendez ? Eh bien, entendez-le autrement ! Il n'est pas nécessaire de bâtir une usine quand on peut commencer dans un petit atelier. Si Bill Gates avait attendu d'avoir une grande structure avant de se mettre au travail, il ne serait pas l'homme le plus riche du monde aujourd'hui (eh oui !).

Certains font des fortunes à partir de rien, d'autres dépensent des fortunes pour aboutir à rien !

4° Etre modeste, et ambitieux à la fois

Personne de sensé n'oserait donner le conseil de mettre toute ses billes dans un projet. Construire son entreprise pas à pas, investir « intelligemment » sont les clés d'un succès bâti dans la prospérité. Vous êtes passionné(e) ? Vous pensez avoir la motivation nécessaire ? N'attendez plus, car le monde a besoin de gens comme vous ! Ne soyez pas égoïstes, et mettez votre créativité au service de votre communauté, village ou région. Ne pensez pas au spectre de l'échec, ce dernier n'aura raison que des plus faibles, ou encore de ceux qui pensent (et qui déchanteront rapidement) que le succès puisse s'acheter.

 

Espace téléchargement (accès réservé) situé ci dessous, les codes d'accès sont fournis par votre partenaire ou votre manager.

page suivante  >  Augmenter sa confiance en soi

 

AKEO site beta-test AKEO Bercy tous ensemble

Maintenant soutenu par l'état

La vente directe est soutenue par l'état

Ecrivons l'histoire ensemble !

Cliquez sur le logo ci-dessous
et relevons notre défi d’équipe,
le défi OMB 4807

Défi OMB 4807 Akéo pionniers
  Propulsé par ClamenSite V 4.00 - © 2004-2017 CLAMENTIS     
AKEO est membre de la FVD    AKEO vente directe